M. Kaltenbach soupçonné de corruption dans le cadre de l’attribution de logements sociaux a été mis en examen le 1er  août.

C’est la dernière étape avant une possible parution en correctionnelle. L’affaire remonte au début de l’année 2012 avec la publication de vidéos sur You Tube relayées par toute la presse écrite et audiovisuelle. Un élu socialiste avait filmé M. Kaltenbach encaissant de l’argent en pleine nuit à la mairie.

Depuis près de deux ans, M. Kaltenbach clame son innocence en dénonçant un montage bidon des vidéos et un hypothétique complot politique monté par l’opposition. Il affirme aussi que l’affaire sera rapidement enterrée.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Après l’ouverture d’une information judiciaire pour corruption active et passive, l’enquête avait abouti à un premier résultat en juillet 2012 avec l’authentification par la police scientifique des vidéos. Quelques mois plus tard, en novembre 2012, M. Kaltenbach  est mis en examen une 1ère  fois pour diffamation après ses accusations mensongères contre l’opposition.

Le 16 février 2013, le maire est entendu pendant six heures par deux juges d’instruction au palais de justice de Nanterre. De cette audience, il en ressort placé sous le statut de témoin assisté et déclare être « serein » puisqu’il « ne fait l’objet d’aucune mise en examen ». Le 18 juin, le maire est de nouveau convoqué au palais de justice pour une confrontation avec l’élu socialiste de Clamart, auteur des vidéos.

Depuis le 1er Août, M. Kaltenbach est pour la deuxième fois mis en examen, cette fois pour corruption passive. Il aura pour première réaction, la remise en cause de l’impartialité du parquet représenté par un juge nommé par l’actuel gouvernement de gauche.

Rappelons que la mise en examen vise une personne contre laquelle il existe des indices graves ou concordants rendant vraisemblable qu’elle ait pu participer, comme auteur ou complice, à la commission d’une infraction (article 80-1 du code de procédure pénale).

Clamart attend toujours les explications de M. Kaltenbach sur ce qui s’est réellement passé au sein de cette municipalité au-delà des images publiées par les médias locaux

Encore un témoignage sur la façon dont sont organisées les festivités à Clamart sous les yeux de l’actuel maire. « Bonne chasse aux œufs » titrait il dans sa communication. Une maman relate une « chasse » pas très conviviale.

à lire ci-dessous :

« … j’ai été très choquée par l’organisation de la chasse aux oeufs au Parc de la Maison Blanche samedi 30 mars 2013.
 
Je m’y suis présentée avec mes enfants 2 et 6 ans.
 
Il y avait énormément de monde, trop de monde pour un si petit parc, les files d’attentes étaient horriblement longues. Chaque file d’attente correspondait à une tranche d’age bien précise mais les gens faisaient la queue à l’entrée à la première file de l’entrée principale sans savoir à quelle tranche d’age cela correspondait. J’y étais et la file était destinée aux enfants entre 1 et 3 ans. Des parents avec des enfants beaucoup plus grands faisaient la queue sans savoir. Bref quelle confusion. Il était impossible d’accéder au centre du parc car aucun chemin n’avait été prévu.
 
Au bout d’une heure d’attente au niveau du départ, je me suis rendu compte que les gens responsables des stands connaissaient apparemment beaucoup de monde étranger à notre quartier. Il y avait beaucoup de favoritisme envers eux et plusieurs personnes me sont passées devant sous les yeux du personnel responsable qui s’amusait beaucoup … Ma fille n’a ramassé qu’un oeuf et misérable oeuf. je l’ai accompagné et le petit espace vert dédié aux enfants était vide! Une femme lancait des oeufs par ci par là toujours surement vers leurs amis. Je lui ai exprimé mon mécontentement face à si peu d’oeufs sur la pelouse pour plus d’une heure d’attente et elle m’a expliqué que ma fille aurait à la sortie un sachet d’oeurfs. Le but d’une chasse à l’oeuf est bien entendu de ramasser les oeufs dans le jardin et non pas de se voir donner un sachet d’oeufs!
 
Du côté des 6-8 ans, c’était pire. les enfants pleuraient face à une telle anarchie! Mon enfant n’a jamais voulu rentrer dans l’arène! J’ai peiné auprès des responsable du stand pour obtenir, après une heure de queue encore, un misérable sachet d’oeufs pour mon fils histoire de le calmer un peu. Vraisemblablement je n’étais pas une de leurs amies. Là j’ai vu le top départ, et une vingtaine d’enfants se sont précipités comme des dingues sous les hurlements des parents compléments fous qui disaient « vas y fonce!!! ». Un petit est tombé sur le petit pont car tous les enfants couraient et le poussaient. il était à terre et les enfants complémentemnt surexcités lui passait dessus sous les yeux des parents qui hurlaient « vas y mon fils! » et sous les yeux des responsables bien trop occupés à discuter avec leurs connaissances.
 
J’étais horrifié, je n’en pouvait plus, je ne pouvait plus respirer, le parc était noir de monde. Que faisaient des manouchs dans ce parc? Les enfants rammassait les oeufs pendant que les parents rammassaitent les portefeuiles???
 
Je voulais sortir, mon fils avait mal au ventre mais toutes les portes du parc étaient fermées sauf celle de l’entrér principale. Une resp
 
Tout cela sous les yeux de notre cher Maire qui parlait au micro comme si de rien n’était. Quel art magnifique de faire comme si chez Monsieur Le Maire!
 
Mon frère lui habite à Anthony, son fils a ramassé 82 oeufs et sa fille 61 oeufs. Tout s’est passé très gentiement et avec beaucoup de respect. Seuls les enfants qui avaient été inscrits au préalable on pu venir faire la chasse aux oeufs. »