Jean-Louis Borloo l’a clairement affirmé au niveau national. Nous avons vocation à devenir un grand parti de gouvernement et à participer à la prochaine alternance. Dans cette perspective, nous voulons être indépendants et mettre en avant nos idées, mais sans nous isoler comme cela a trop souvent été le cas ces dernières années. L’UDI sera naturellement le partenaire de l’UMP pour proposer aux Français une autre voie que le chemin incertain suivi par l’actuel gouvernement.
À Clamart, de la même façon, nous voulons promouvoir des idées nouvelles au service des Clamartois. L’UDI est à Clamart, le grand parti du centre, qui veut participer pleinement à la reconquête et mettre fin au système Kaltenbach. Nous serons aux côtés de Jean-Didier Berger, notre allié naturel qui rassemble toutes celles et tous ceux qui veulent donner une nouvelle chance à notre commune dans une attitude constructive.

Vos Commentaires

Clamartois a dit :
27 novembre 2012 à 11 h 56 min

Le fait que Clamart dispose d’une section UDI est une très bonne nouvelle pour la démocratie !
Bravo à toute votre équipe

Patrick SEVIN a dit :
28 novembre 2012 à 22 h 52 min

Je souscrit pour ma part avec le plus grand enthousiasme à cette intelligente refondation de notre opposition républicaine à Clamart qui offre à nos concitoyens la seule chance de mettre fin en 2014 à 13 années du système Kaltenbach établi sur un sectarisme forcené, un clientélisme, un communautarisme, un affairisme si préjudiciables à l’exercice d’une démocratie locale apaisée et confiante à Clamart.
L’essor harmonieux d’une ville ne peut se construire durablement sur la haine de ses opposants ni sur les divisions que le système Kaltenbach s’est ingénié à provoquer et à creuser à Clamart depuis 2001 avec ses partenaires d’une extrème gauche populiste et irresponsable.
De droite comme de gauche tous les extrèmes sont à dénoncer et à proscrire avec la plus grande fermeté.
l’Histoire nous a hélas démontré quelles conséquences dramatiques la mise en oeuvre de théses extrèmistes pouvaient engendrer.
L’union de la droite républicaine autour de Jean-Didier BERGER et du Centre avec l’UDI est la meilleure opposition qui s’ouvre aux clamartois pour s’affranchir définitivement du totalitarisme du système Kaltenbach et permettre à notre ville de retrouver une gestion dynamique et apaisée avec une équipe unie, compétente et respectueuse de tous et de toutes.

Le Baron. a dit :
29 novembre 2012 à 9 h 33 min

Christine Quillery du Nouveau Centre, Claude Chappey des Indépendants et Patrice Roncari de La Gauche Moderne restent fidèles à laurs convictions humanistes aux côtés de l’UMP.
L’UDI ainsi constituée, avec des personnalités responsables et depuis longtemps investies auprès des clamartois(e)s représente la seule crédible opposition centriste au système Kaltenbach à Clamart.
Les félons du MODEM et tous ceux qui mangent dans la main et léchent les pieds du maire socialiste ne représentent plus aucune alternative modérée pour les clamartois en 2014 !
Le parachuté GERMAIN n’évitera d’aucune façon la chute KALTENBACH et celle de son système clientéliste et sectaire !!

Patrick SEVIN a dit :
1 décembre 2012 à 7 h 50 min

Quelle que soit la tête de liste de la gauche en 2014 à Clamart, il se trouvera toujours à ses côtés trop de complices du maire actuel, qui se sont servilement soumis au système Kaltenbach depuis 2001, qui se sont déconsidérés à soutenir ses mauvaises actions contre vents et marées, qui en on tiré bien des profits et qui seront plus que jamais disposés en 2014 à défendre leurs privilèges acquis.
La gauche choisira les mêmes à deux ou trois têtes prés, et continuera après 2014 la même politique que les clamartois(e)s rejettent aujourd’hui avec force, écoeurés qu’ils sont du sectarisme, du communautarisme, du clientélisme et de l’affaire qui maintiennent une chappe de plomb sur notre ville depuis de trop nombreuses années.
Les clamartois(e)s ne se laisseront pas berner parune troisième campagne de promesses socialistes, dont on voit bien qu’elles ne sont pas tenues, tant par le gouvernement Ayrault depuis six mois qu’à Clamart avec l’arlésienne de l’éco-quartier de la gare dont nos concitoyens attendent toujours la pose de la première pierre .
Clamart a plus que jamais besoin d’une majorité municipale forte et responsable, UMP et UDI unis, et ce ne sont pas les dissentions permanentes qu’entretiennent entre eux le parti socialiste, le front de gauche et EELV dans une « majorité municipale » de facade qui pourront sauver Clamart du déclin demain.

Le Baron. a dit :
3 décembre 2012 à 12 h 40 min

C’est faire beaaucoup d’honneur à Jean-Didier Berger que de prétendre qu’Il dirige à lui seul deux grands partis à Clamart.
Il est contradictoire de clamer dans le même temps que Jean-Didier Berger ne fait rien pour notre ville.
Au contraire depuis de nombreuses années JD Berger, en qualité de conseiller municipal et d’élu régional travaille sans relâche avec son équipe de l’UMP unie maintenant à celle de l’UDI à s’opposer au système Kaltenbach et à ceux de ses clients qui lui encore fidèles parce que fort redevables.
Notre présence de plus en plus nombreuse à ses côtés sur le terrain, l’accueil chaleureux que lui réservent nos concitoyens, nos publications et tracts sont là pour en témoigner et commencent à indisposer fortement certains qui se complaisent dans la servilité au système actuel.
Chtistine Quillery, Présidente de l’UDI/CLAMART et connue depuis longtemps à Clamart pour ses convictions centristes et humanistes n’a eu besoin du conseil de personne pour savoir depuis longtemps avec son équipe à qui accorder sa confiance et quelle serait la meilleure alliance de combat pour vaincre le socialisme autoritaire et sectaire de ce « sécateur-maire » pour le plus grand bien de Clamart et des clamartois(es).

Laisser un commentaire