La réforme des rythmes scolaires est rentrée en vigueur à la rentrée 2013 pour seulement 20% des élèves du primaire. A Clamart, M Kaltenbach a préféré reporté cette réforme à la rentrée 2014… lorsqu’il ne sera plus maire.

Dans notre commune, cette réforme coutera entre 100 et 150€ par enfant soit près de 750.000€ pour les 5000 élèves que comptent nos écoles primaires. Clamart devra supporter seule le financement de cette réforme sans pouvoir augmenter les impôts locaux ce qui serait inacceptable dans le contexte de matraquage fiscale subit par les contribuables depuis l’arrivée de François Hollande et de ses partenaires Verts. Ce contexte a encore été aggravé à Clamart avec l’augmentation de tous les taux des impôts locaux en 2009.

Cette réforme n’a pas été préparée. Les activités périscolaires sont très inégales et pas du tout à la hauteur pour remplacer les temps d’apprentissage sauf à y mettre d’énormes moyens. Les premières expériences observées à Paris sont affligeantes et génératrices d’énormes inégalités entre les élèves selon les zones géographiques, les conditions sociales et le contexte familiale.

Cette réforme faite dans la précipitation n’a fait l’objet d’aucune concertation. C’est particulièrement insupportable à Clamart avec un élu adjoint à la vie scolaire dessaisi du dossier et un maire aux abonnés absents, occupé par ses affaires judiciaires. Sans aucun respect pour le monde enseignant, pour les modes de vie des parents ou pour le travail des communes, le Gouvernement révolutionne l’organisation de la semaine scolaire et déclenche une vague de protestation sans précèdent.

 

A l’UDI nous sommes persuadés qu’il est URGENT d’agir en profondeur et non à coup de réformettes imaginées par un ministre sans envergure et soutenu par un Président qui n’a que sa « boite à outils » à proposer. Notre système éducatif mérite un projet plus ambitieux.

Nous pensons qu’il est impératif :

• d’adapter l’école de la République aux exigences d’un monde qui change

• de réorganiser notre système éducatif en lui fixant pour objectif la valorisation et la réussite de chaque élève afin de faciliter son insertion dans le monde professionnel

• de redonner du respect et de la considération aux enseignants comme à l’ensemble de la communauté éducative

A Clamart, ce chantier d’une école capable de mettre en valeur le talent de chaque enfant est primordial et il doit être fondé sur une logique de concertation tant avec les acteurs de l’éducation nationale qu’avec l’ensemble de la ville. C’est dans cet esprit que nous travaillerons dès la rentrée 2014 au service de l’élève et de toute la communauté éducative.

Vos Commentaires

De garczynski a dit :
1 octobre 2013 à 22 h 18 min

… mais concrétement vous proposez quoi pour la réfome des rythmes scolaires ?
Je lis dans votre article de belles intentions, très littéraires mais sans contenu palpable, tangible.

    patrice a dit :
    2 octobre 2013 à 22 h 43 min

    Bonjour Mr De Gaczynski
    Plusieurs adhérents de l’UDI avec de nombreux clamartois ont participé aux commissions de travail (environ 80 membres) pour présenter un programme commun de l’opposition. Ce programme est en cours d’élaboration et même de finalisation. Bien entendu, le volet vie scolaire a occupé une commission à lui seul. Aujourd’hui, l’opposition est réunie autour de l’UDI, l’UMP, les indépendants et tous les déçus du système Kaltenbach. Chaque semaine, une proposition de ce programme est dévoilée via les tracts et les journaux. Il en sera ainsi jusqu’aux élections municipales de mars 2014 avec la publication du programme intégral avant l’échéance.
    S’agissant de la réforme des rythmes scolaires, nos propositions devront tenir compte de l’état d’avancement des travaux effectués par l’équipe en place. A ce jour, rien de concret ne semble engagé faute de disponibilité de cette équipe sortante. Pourtant, l’enjeu est de taille, 5000 élèves devront être accueillis dans nos écoles et nos structures périscolaires à la rentrée 2014.
    Ce que je peux vous garantir à défaut d’entrer dans le détail par ce blog, c’est que les priorités budgétaires de la commune iront vers le système éducatif local, la sécurité et le développement économique. A condition que l’alternance soit effective ce que souhaitent visiblement de très nombreux clamartois.
    Patrice Roncari

GUEDON a dit :
6 octobre 2013 à 9 h 25 min

il faut absolument abolir cette reforme au plus vite. Il n’y a rien de positif dans cette nouvelle organisation, les enfants seront de moins en moins chez-eux pour prendre le temps d’assimiler les cours suivi en classe, les Maires font appel au bénévolat pour dispenser auprès des enfants des activités de couture, de patchwork, du Monopoli, …. Pensez-vous que ça améliore la réussite scolaire des élèves? Qui payera la note?
Ce gouvernement tire la France vers le bas. Cessons dans l’URGENCE ce système politique et ses réformes qui ne sont jamais étudiées. Protégeons nos enfants en leur apportant un enseignement de qualité.
Redonnons à tous le sens du vrai TRAVAIL, du civisme, du vrai DROIT et du vrai DEVOIR.
C’est URGENT!!!!!

Laisser un commentaire