La loi de finances initiale pour 2016 a été adoptée le 29 décembre 2015. Elle est marquée par la poursuite du plan d’économies de 50 milliards d’euros pour lequel les collectivités locales seront sollicitées et à nouveau les plus impactées. A Clamart, cela se traduira par une baisse des dotations et une hausse de ses contributions au titre de la péréquation intercommunale.
Les concours financiers de l’Etat aux collectivités locales vont diminuer de 10,7 milliards entre 2015 et 2017 : 3,5 milliards en 2015 et 3,5 milliards supplémentaire en 2016. Ils diminueront encore de 3,7 milliards en 2017. Ces décisions de la gauche au Gouvernement impactent directement Clamart avec une baisse des dotations de 1,3 millions d’euros en 2016 que nous avions déjà subie en 2015. A tout cela s’ajoute une autre charge financière pour Clamart qui devra contribuer au titre du Fond de Péréquation Intercommunal et Communal (FPIC) et qui atteindra 1,1 millions d’euros en 2016. Cette péréquation justifiée par un simulacre de solidarité entre les villes dites riches et celles supposées pauvres est particulièrement injuste car elle pénalise Clamart qui fait des efforts dans sa gestion et se voit imposer une contribution pour aider les villes qui dépensent sans compter.

 

Concours financiers de l’Etat DGF et FPIC

Année                                       2012      2013      2014      2015      2016
Montant en Millions d’€     10477     10016      9304     7732      6107
Variation en montant              0          -461        -712      -1572     -1625
Variation en %                         0%        -4%         -7%       -17%       -21%

 

Les concours financiers de l’Etat ont diminué de près de moitié entre 2012 et 2016.

Cette diminution continuera les années suivantes.

MarseilleDans le contexte économique et social dégradé que nous traversons, force est de reconnaître que le gouvernement reste incapable de rassembler et de réformer efficacement.
L’illisibilité et l’incohérence de ses actions, voire son incapacité à agir, renforcent le scepticisme et le mécontentement d’une bonne partie des Français, à commencer par ses propres sympathisants. La confiance de nos concitoyens se détériore visiblement et les promesses d’amélioration de la situation en France ne convainquent plus.
Si le gouvernement a pu, parfois, annoncer des orientations aux apparences positives, il n’a cessé parallèlement d’envoyer des signaux contradictoires, puis d’emprunter des portes de sortie rocambolesques (tentatives de baisse artificielle des chiffres chômage, etc.).
Aujourd’hui à bout de souffle, il poursuit sa traversée aventureuse, sans cap ; malgré son facétieux remaniement ministériel, il confirme régulièrement son incapacité à proposer des mesures pragmatiques (crises des migrants, des agriculteurs, de l’emploi, des collectivités locales…).
En décalage avec les préoccupations des citoyens, des élus locaux et des entreprises, il aura employé son temps à faire passer, en force, des textes élaborés sans concertation et sans études exhaustives préalables. Les relations entre le gouvernement et les collectivités locales illustrent parfaitement cette approche. Avec la réforme territoriale, le gouvernement annonçait une organisation révolutionnaire, censée renforcer l’efficacité de l’action publique. Malgré l’insistance des représentants des collectivités, qui l’alertaient sur la complexité et le caractère régressif des projets de loi supposées de décentralisation (remise en cause insidieuse de la libre administration), il a fait voter ces textes par les députés socialistes, sans étude d’impact et sans simulation.
Associées aux baisses drastiques des dotations et à l’inflation des normes imposées aux collectivités, le cocktail est explosif : l’équilibre des budgets locaux, l’investissement public local, l’emploi et les services publics sont mis en péril, au moment où les collectivités constituent une réponse essentielle face à une économie atone et aux effets conjoncturels des crises.
Les prochains scrutins de 2017 constituent un enjeu majeur, car il s’agit de mettre fin à 5 années de débâcle. Il est impérieux d’engager des réformes constructives pour notre pays, qui tiennent compte des réalités.

Hervé Marseille – Sénateur UDI des Hauts de Seine

Les lois de décentralisation, votées il y a plus de 30 ans, ont confié aux communes le soin de s’occuper des écoles : bâtiments, mobilier, restauration, temps périscolaire, etc. La réussite de nos enfants passe par la mise en place de moyens modernes et adaptés dans nos établissements scolaires.

Malgré les baisses de dotations imposées par l’Etat, la Ville de Clamart continue de mettre l’avenir de nos enfants au premier rang de ses politiques. Depuis 2014, nous adaptons la répartition des moyens humains et nous avons maintenu un niveau élevé de service public tant en quantité qu’en qualité, nous l’avons même augmenté !

Ainsi, nous avons depuis la rentrée 2014 en charge une demi-journée de plus du temps des enfants. Sur cette demi-journée nous avons créé les Nouvelles Activités Périscolaires (NAP), gratuites tant que l’État maintient ses aides. Chacun reconnaît la grande qualité de ces NAP, grâce au travail des animateurs de la Ville ainsi que des associations clamartoises.

Nous avons également mis en œuvre de nombreuses améliorations. Double choix à chaque déjeuner, allongement de l’accueil périscolaire jusqu’à 18h30, nouvelle étude du soir, déploiement du numérique dans les écoles, achèvement des écoles Charles de Gaulle, Brignole de Galliera et bientôt de l’école maternelle des Rochers… Parce qu’il reste encore énormément à faire, notamment au regard de l’état parfois très dégradé des bâtiments dont nous héritons, nous agissons avec passion au service de nos enfants.

numérique 2Doter les écoles de Clamart de matéries performants pour permettre une pédagogie rénovée, répond aux engagements de la municipalité d’offrir aux enfants les meilleures conditions pour la réussite de leur scolarité. Dès 2015, la municipalité a engagé son plan numérique avec un investissement de 60.000€ sur l’école Jules Ferry, en équipant 4 classes de Tableaux Numériques Interactifs (TNI) et en créant « un espace numérique » (salle dédiée, équipée de PC et d’un TNI).
Entre septembre 2016 et mai 2017, toutes les écoles élémentaires seront équipées d’un espace numérique avec un TNI qui viendra remplacer les anciens matériels inchangés pendant toute la mandature de gauche. La ville prendra en charge la formation technique de tous les enseignants pour l’utilisation des TNI et dès la rentrée 2017, deux chariots mobiles équipés de tablettes tactiles seront disponibles pour toutes les écoles de Clamart.
Côté budget, c’est un investissement de 600 K€ qui est projeté sur la période 2015-2020. Il inclut les études, le câblage, les matériels et l’installation de la fibre dans toutes les écoles.

Patrice Roncari – Adjoint au maire en charge des activités scolaires et périscolaires.

ski

463 élèves quitteront leur école en 2016 pour être accueillis à Hauteluce dans le cadre des classes de découvertes, soit 18 classes et leurs enseignants. Si le ski reste à l’honneur sur les mois d’hivers, d’autres thèmes attendent les élèves sur la période de printemps comme le cirque, l’escalade, l’environnement et le sport. Nouveau, une classe dite « rousse » est programmée pour le mois d’octobre. La ville fait appel à son partenaire, Blanc Marine, qui assure des prestations de qualité pour encadrer les enfants sur des activités de montagnes en toutes saisons.
Alors que de nombreuses municipalités ont dû renoncer au maintien des classes de découvertes, suite à tous les désengagements de l’Etat, Clamart poursuivra son partenariat avec l’Education nationale. Cette année, la ville financera près des deux tiers des classes de découvertes, le reste étant à la charge des familles et des caisses des écoles. La ville financera également l’encadrement de deux élèves en situation de handicap par deux animateurs dédiés.

Patrice Roncari   Adjoint au maire en charge des activités scolaires et périscolaires

bio

La haute qualité nutritionnelle des repas servis sur les cantines de Clamart intègre des aliments bios tous les jours. A Clamart, la municipalité continue de privilégier ces aliments lorsqu’ils correspondent à de véritables critères qualité. Le bio reste donc une préoccupation parmi d’autres dans un contexte qualité qu’il faut privilégier pour assurer aux enfants une couverture de leurs besoins nutritionnels et le respect de la sécurité alimentaire.
Mais, évoluer vers une haute qualité nutritionnelle au sein des cantines de Clamart c’est aussi :
– Respecter la qualité des produits employés par le choix de viandes d’origine française, sur des circuits courts, non surgelées et labellisées.
– Comprendre l’appétence relative des enfants pour certains produits bio car de calibre non adaptés (fruits et légumes) et de rejet (produits laitiers).
– Apporter du soin à la préparation des plats par une formation continue de l’équipe de la cuisine centrale, par une modernisation des équipements et par le passage à un délai de production à J-1 pour préserver les qualités organoleptiques des plats proposés aux enfants.
– Valoriser le temps du repas par des enquêtes de satisfaction menées auprès des enfants, par un plan d’action ciblé en fonction des écoles pour améliorer le temps de repas et par des ateliers d’éducation nutritionnelle.
775000 repas ont été servis aux enfants en 2015.

Patrice Roncari   Maire-adjoint de Clamart en charge de la restauration scolaire.

 

http://www.challenges.fr/challenges-soir/20160128.CHA4426/corruption-le-ps-viole-ses-principes-ethiques-avec-ses-elus.html

Notre nouveau territoire rassemble 11 communes soit plus de 400 000 habitants et sera présidé par Jean-Didier Berger, maire de Clamart. C’est une excellente nouvelle pour notre commune déjà remise sur une nouvelle trajectoire depuis les élections de mars 2014.
Le territoire « Vallée Sud Grand Paris » est intégré dans la métropole du Grand Paris, nouvelle collectivité voulue par l’actuel gouvernement. Sans disposer de compétences claires, ni de moyens à la hauteur des enjeux, nous n’attendons pas grand-chose de cette nouvelle collectivité tant que l’Etat n’aura pas de volonté plus ambitieuse pour en faire un vrai moteur dans notre région, dans notre pays et en Europe.
Nous œuvrerons donc au sein du Territoire avec nos dix nouveaux partenaires : Antony, Sceaux, Chatenay-Malabry, Bourg-la-Reine, Plessis-Robinson, Fontenay-Aux Roses, Châtillon, Montrouge, Malakoff et Bagneux.
Fort de cette nouvelle alliance entre les onze communes, nous avons toutes les raisons d’être optimistes pour une coopération gagnante : proximité, même bassin de vie, une majorité politique forte et cohérente et une volonté de peser économiquement dans notre région.
Grace à cette nouvelle collectivité territoriale, Clamart gagnera encore plus en efficacité dans de nombreux domaines comme le sport, la culture, l’éducation, l’environnement et évidemment le développement économique.
Le Territoire « Vallée Sud Grand Paris » sera représenté par 80 Conseillers territoriaux. Clamart sera représentée au sein du territoire par Jean Didier Berger (Président), Yves Coscas (Vice-Président), Christine Quillery (Conseiller régional – 1ère adjointe), 7 maires adjoints et 1 élue d’opposition : Jean Patrick Guimard (Finance), Colette Huard (Logement), Serge Keyayan (Transport), Rachel Adil (Egalité de chances), François Legot (culture), Sylvie Donger (Budget), Patrice Roncari (Education) et Isabelle Rakoff (Conseiller municipal opposition).

 

sans-titre     RTEmagicC_Yves_COSCAS

Jean Didier Berger (Président), Yves Coscas (Vice-Président),

RTEmagicC_Christine_QUILLERY_01.jpg[1] RTEmagicC_Jean-Patrick_GUIMARD.jpg[1] RTEmagicC_Colette_HUARD.jpg[1] RTEmagicC_Serge_KEHYAYAN.jpg[1] RTEmagicC_Rachel_ADIL_02.jpg[1] RTEmagicC_Francois_LE_GOT.jpg[1] RTEmagicC_Sylvie_DONGER.jpg[1] RTEmagicC_Patrice_RONCARI.jpg[1] RTEmagicC_RAKOFF.jpg[1]

Christine Quillery,  Jean Patrick Guimard, Colette Huard, Serge Keyayan, Rachel Adil, François Legot, Sylvie Donger, Patrice Roncari et Isabelle Rakoff.

  0be452d132[1]

 

BONNE ANNEE 2016

Christine QuilleryPatrice RoncariIMG_1781IMG_1846IMG_1768IMG_1875IMG_1999IMG_1776IMG_1801

 

L’équipe UDI au Conseil municipal vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année et poursuivra son action aux côtés de Jean-Didier Berger pour faire de Clamart une ville toujours plus attractive.

Christine Quillery – Patrice Roncari – Claude Chappey – Sylvie Donger -Serge Keyayan

Paule-Léna Touraille – Claude Laurans – Geneviève Poyard – Marcelle Moussa

 

sans-titre          Christine Quillery  Valérie Pécresse a été élue vendredi matin présidente de la région Île-de-France. Elle est la première femme présidente de la première région française, la région capitale. Le candidat socialiste, Claude Bartolone n’a pas souhaité siéger et a démissionné quatre jours après sa défaite.
Le nouveau conseil régional sera donc composé de 209 élus sur lesquels 121 sont issus de la liste Les Républicains-UDI-Modem conduite par Valérie Pécresse, 66 de celle d’union de la gauche et 22 de la liste Front National.
Pour sa première tribune, Valérie Pécresse s’est engagée à faire de l’Île-de-France «la fabrique de nouvelles pratiques politiques» avec deux priorités : la sécurité et l’emploi. Elle a aussi annoncé la commande de deux audits sur la situation financière de la région et sur son organisation.
Valérie Pécresse sera la présidente de tous les Franciliens. Une présidente à temps plein, sans cumul qui a réaffirmé sa volonté de lancer un plan d’économies et de bonne gestion. Deux symboles de cette nouvelle direction : le déménagement du siège de la région en banlieue peut-être dans le département de la Seine-Saint-Denis et la division par trois du parc automobile.
Christine Quillery, 1ère adjointe à Clamart et élue au Conseil régional s’est installée dans les rangs du groupe Républicains-UDI-Modem. C’est une bonne nouvelle pour notre ville qui désormais sera représentée à la région et au département par ses deux premiers élus. Gageons que notre maire, Jean-Didier Berger et notre 1ère adjointe Christine Quillery œuvreront pour le rayonnement de Clamart en portant tout son potentiel dans la région capitale.

Page 2 sur 612345Dernière page »