Après l’annulation par le Conseil d’État des élections municipales de 2014 à Asnières, Clichy et Puteaux, les électeurs ont été amenés à se déplacer pour exprimer leur vote, et l’union a prévalu entre l’UDI et Les Républicains dans chacun de ces scrutins.

Les municipalités d’Asnières et de Puteaux ont été confirmées avec un vote favorable amplifié.

A Clichy, après 107 ans de règne de la gauche, Rémi Muzeau l’a emporté dans l’union avec l’UDI et le MoDem : c’est une victoire historique. Il n’y a donc plus aucune ville socialiste dans le département des Hauts-de-Seine.

Si elle a permis le succès lors de ces partielles, comme aux élections départementales de 2015 et aux élections municipales de 2014, cette union s’inscrit dans le prolongement d’une politique engagée il y a longtemps par Charles Pasqua, qui a voulu l’union de la Droite et du Centre pour conquérir le département. D’ailleurs, parmi les hommages rendus à sa mémoire, il faut saluer son action qui a donné un visage, une voix et une identité aux Hauts-de-Seine. Visionnaire, il a été le précurseur d’une politique de rénovation sociale des cités. Les Hauts-de-Seine lui doivent beaucoup.

Aujourd’hui, nous allons préparer dans l’union les élections régionales. Elles vont constituer un point d’orgue et nous permettre d’espérer un succès important afin de développer une nouvelle politique des transports, de l’environnement et des lycées.

Nous devons également être vigilants car nul ne sait ce que seront la Métropole du Grand Paris, le devenir de nos intercommunalités, leurs compétences et les budgets. Tout cela est susceptible d’être applicable dès le 1er janvier 2016, soit dans 6 mois !

D’ores et déjà, le gouvernement prépare les ordonnances que la loi lui permet de faire, pour préciser en particulier les conditions de fonctionnement budgétaire et fiscal de la Métropole.

Plus que jamais, restons vigilants, réactifs et combatifs !

 

Hervé Marseille

Sénateur-Maire UDI de Meudon

 

 

 

Avis positif et sans réserve pour l’ancienne place de la gare : c’est ce qui a été rendu par le commissaire-enquêteur chargé de l’enquête publique de déclassement. Près de 400 habitants ont consigné leurs observations ou adressé un courrier au commissaire enquêteur ce qui a permis à chacun de développer leurs arguments. La Ville les a entendus et a répondu à tous les points.

Au final, le projet suscite l’enthousiasme face à une situation totalement gelée pendant les deux mandats précédents. Désormais, et fort des points de convergence ressortis par la concertation, le quartier verra naître de nouveaux espaces publics, de la place pour les piétons et la gare du Grand Paris Express en correspondance avec la ligne Transilien. C’est aussi une meilleure accessibilité et une véritable intermodalité avec les bus et les parkings qui bénéficieront à tous les utilisateurs.

Clamart a su préserver la maîtrise de l’aménagement autour de la gare du Grand Paris Express. Ce n’est cas des autres communes traversées par la future ligne 15 du Grand Paris. Dans ce projet, il s’agit avant tout de préserver un urbanisme respectueux du patrimoine et des habitants.

Les modalités de la consultation des architectes et urbanistes a été adopté par le Conseil municipal du 9 juillet 2015 a adopté. Le projet sera visible dès l’automne.

Dans un contexte inédit après 17 années de gestion socialiste et communiste en Ile de France, trois mandats successifs de Jean Paul Huchon à la présidence de la région et aujourd’hui la candidature de Claude Bartolone qui a été Président du Conseil général de la Seine St Denis, toutes les conditions doivent être réunies pour créer les conditions de l’alternance lors des prochaines élections régionales. Dans les Hauts de Seine, Philippe Kaltenbach, ancien maire de Clamart en disgrâce suite à ces échecs locaux et une lourde procédure judiciaire en cours, place son épouse Mme Krust sur la liste socialiste. Pour toutes ces raisons, un accord global entre l’UDI et Les Républicains s’imposait en vue des prochaines élections régionales de décembre 2015. C‘est chose faite.

Cet accord équilibré respecte l’indépendance des formations signataires. Elle crée une dynamique positive dans la perspective de gagner la région Ile de France détenue par Jean Paul Huchon et Claude Bartolone qui accompagnent la politique de François Hollande.

A Clamart, l’UDI soutient pleinement cet accord et au-delà entend être force de propositions pour contribuer à l’élaboration d’un projet régional ambitieux. Au cœur de ses préoccupations la jeunesse de notre région, laquelle nécessite une action prioritaire en termes d’emploi, d’apprentissage, et d’éducation.