Merci aux 7915 Clamartois qui ont largement placé Jean-Didier Berger et Isabelle Debré en tête dans notre ville. L’union UMP UDI MoDem réalise un très bon score avec 46,52% des bulletins pour la soutenir. Le parti socialiste arrive en 2ème position avec 24,20%.

L’union UMP, UDI et MODEM est aussi en tête sur le nouveau canton Clamart Vanves avec 44,74% des voix. Le parti socialiste est 2ème avec 25,98%.

 

Il y aura donc un 2ème tour et il faudra confirmer les bons résultats du 1er tour pour :

Marquer une vraie opposition à la politique des socialistes au Gouvernement.

Voter pour un binôme qui mettra son expérience au service du département face à l’amateurisme des deux candidats socialistes.

Faire bénéficier à Clamart des aides du département avec des élus entendus et crédibles.

 

Les clamartois ont confirmé leur adhésion au programme porté par Jean-Didier Berger il y a un an et il faudra le redire massivement au second tour des élections départementales dimanche 29 mars 2015. L’enjeu est de taille car il serait inimaginable de voir siéger dans notre département des élus socialistes qui chaque jour contestent les projets de la municipalité à Clamart.

C’est donc l’efficacité et la cohérence qui doivent l’emporter dimanche avec Jean-Didier Berger et Isabelle Debré.

 

Résultat du 1er Tour (Canton Clamart-Vanves):

Jean-Didier Berger / Isabelle Debré (UMP, UDI, MoDem) : 44.74%

PS : 25,98%

FN : 11,99%

EELV : 10,66%

Parti de gauche : 6,64%

 

 

 

L’accès au logement de tous les clamartois est au cœur des préoccupations de tous les élus de la majorité au Conseil municipal. Nous sommes au plus près des besoins des familles mais également de la réalité de l’habitat. Cette réalité clamartoise nous engage et nous oblige à des résultats.

Pour produire du logement, en quantité et en qualité, les communes sont dotées d’outils locaux performants avec leurs sociétés publiques locales, qui aujourd’hui restent les premiers aménageurs publics de la région. Fort de la connaissance de nos territoires et de la compétence de nos équipes, nous avons à cœur de démontrer notre savoir-faire.

Or, aujourd’hui, nous sommes très inquiets des mesures envisagées par le Gouvernement. L’Etat veut reprendre la main sur l’aménagement en Ile-de-France en préemptant plus de 3.700 hectares. Pire, le Premier ministre veut autoriser les préfets à imposer aux maires le nombre et la qualité des logements à construire dans les communes.

Quelle en sera la plus-value ? On sait que l’échelle de la proximité demeure un atout décisif pour construire des logements et que les collectivités locales interviennent d’ores et déjà sur la majeure partie des sites envisagés. En quoi un opérateur unique de l’Etat ferait-il mieux que les opérateurs créés par les collectivités locales ? En quoi ces mesures répondent elles aux besoins exprimés par les collectivités pour réaliser les opérations engagées ou en projet ? Bref, pourquoi recentraliser ?

Sans compter la méthode. L’Etat ou la Région se substituant aux élus en leur retirant leurs compétences en matière d’urbanisme et d’aménagement, reviendrait à décider des opérations d’intérêt de Paris métropole avant même la mise en place effective de la Métropole du Grand Paris. Pourquoi démonter ce qui fonctionne et créer un dispositif improbable ?

Le Gouvernement veut créer une usine à gaz et par-delà casser la dynamique de la production de logements portée par les collectivités locales. Les objectifs ambitieux assignés au Grand Paris ne seront pas atteints sans la mobilisation des communes qui sauront s’adapter à la nouvelle donne territoriale sous la seule impulsion des élus locaux.

Christine QuilleryGrâce à la volonté d’union autour de Jean-Didier Berger et Isabelle Debré, Christine Quillery (UDI) et Bertrand Voisine ont été investis pour les prochaines élections départementales. Ce nouveau rendez-vous électoral doit permettre de renforcer la force centriste dans la ville de Clamart dans la continuité des élections municipales et sénatoriales. Face au risque des extrêmes, de droite comme de gauche, nos candidats proches du terrain et des préoccupations des habitants du nouveau canton Clamart-Vanves, représentent une alternative au service de nos valeurs.

Parmi eux, Christine Quillery élue centriste à Clamart est un des exemples d’élus ancrés à Clamart et qui portent fièrement les valeurs centristes. Notre objectif, en tant que mouvement centriste est d’être en capacité de présenter des candidats crédibles à toutes les élections. Les dernières municipales ont permis de faire émerger de nouveaux profils en tant qu’adjoints au maire ou conseillers municipaux.

Aujourd’hui, les élections départementales des 22 et 29 mars représentent une nouvelle opportunité pour faire avancer des personnalités centriste qui seront en capacité, demain, d’être candidats à d’autres échéances et de porter encore plus loin nos idées et nos valeurs. Par ailleurs, le renouvellement du personnel politique est une attente très forte dans tous les territoires et il faut être en capacité d’y répondre.

Les élus centriste de Clamart l’ont bien compris et démontrent, au travers de leur nouveaux mandats qu’ils devrons être force de proposition pour défendre leurs valeurs et pour pérenniser nos familles politiques à l’avenir.

Préparer la relève centriste et apporter des idées neuves, tels sont les défis d’un nouveau mouvement centriste à Clamart. Aussi, nous sommes fiers aujourd’hui de toutes celles et tous ceux qui se battent pour incarner ce mouvement qui nous est cher.

Nous remercions Christine Quillery de s’engager dans cette prochaine bataille départementale pour faire bouger les choses.