En 2005, précurseur et pragmatique, Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Cohésion sociale, avait décidé d’articuler son action autour de trois axes : l’emploi, le logement et l’égalité des chances.

L’idée était simple: être au plus près des problèmes quotidiens de la population en offrant des solutions de proximité. Les élus locaux, en première ligne pour répondre aux attentes de leurs concitoyens, jouaient un rôle majeur au sein de l’organisation territoriale qu’il avait alors dessinée.

Mais que reste-t-il de cet objectif ambitieux ? Et aujourd’hui, quelle est la stratégie voulue par ce Gouvernement de gauche ?

On nous annonce 5 milliards d’euros pour un nouveau plan de rénovation urbaine, alors même que le Gouvernement baisse de façon considérable les dotations aux collectivités ; les zones d’éducation prioritaire imposées par la même ministre, aujourd’hui en charge de l’Education nationale, ne correspondent même pas à la géographie des quartiers qu’elle avait jadis retenus en tant que secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville. Dans la dernière carte dessinée par la ministre socialiste, Clamart est sortie des zones prioritaires, ce qui signifie moins de moyens pour les écoles des quartiers Garenne, Trivaux et Plaine. Depuis plusieurs semaines, les enseignants de ces écoles sont mobilisés contre cette révision des zones prioritaires.

Ces annonces ne corrigeront pas les retards accumulés et sont en parfaite incohérence les unes avec les autres. Aucune stratégie globale, aucune concertation avec les élus de terrain.

L’UDI Clamart déplore cette absence de méthode et de stratégie et demande au Gouvernement de revoir sa copie pour mettre en place une politique ambitieuse, novatrice et concertée. C’est à ce prix que la cohésion sociale trouvera une deuxième vie.

Jacques BarrotL’UDI Clamart souhaite rendre hommage à Jacques BARROT, ancien ministre et infatigable défenseur des valeurs centristes. Entré en politique depuis les années 60, Jacques BARROT ne cessera de défendre une approche humaniste, républicaine et européenne  de l’ensemble des sujets dont il aura la charge aussi bien en tant que ministre, commissaire européen ou membre du Conseil constitutionnel. Fondateur de l’UDF aux côtés de Valéry Giscard d’Estaing, issu de la tradition chrétienne-démocrate, Jacques BARROT a également occupé d’importantes fonctions au sein de notre famille politique. A ce titre, il a toujours incarné le rassemblement  des sensibilités qui la constituent.

Aujourd’hui, face au danger que représente les extrémismes pour la France et face aux défis immenses qu’il faudra relever dans les années à venir, Jacques BARROT restera un exemple et une source d’inspiration constante pour l’ensemble des responsables de l’Union des démocrates et indépendants (UDI). A Clamart comme ailleurs, nous avons l’ardente obligation de poursuivre son combat et de continuer à défendre les valeurs qui l’ont guidé toute sa vie durant.